LE COMPORTEMENT DES ARAIGNEES

 

Page d'accueil

 

Vie sociale


Les espèces solitaires : ces araignées sont réputées pour leur mode vie relativement simple où les interactions entre les individus se limitent au comportement reproducteur.


Cependant, certaines espèces présentent une vie sociale « élaborée », sachant qu'il est plus juste de parler de « vie communautaire » car il n'existe pas de hiérarchie.

photo d'Agelena consociata : une araignée sociale

 

Les espèces sociales : ces araignées forme une communauté où un nombre important d'individus de tout âge coexistent au sein de sociétés permanentes. Toutes les espèces sociales dites « permanentes » (environ

12 genres) appartiennent au groupe des araignées fileuses à une exception près : Diaea socialis. Seules 17 espèces d'araignées vivent en société, les plus connues sont : Agelena consociata, Mallos gregalis, Stegodyphus sarasinorum et Anelosimus eximius.

 

Leur aptitude à construire et à exploiter des structures soyeuses semble jouer un rôle dans l'émergence de ces sociétés.

 

Et nous retrouvons également des araignées qui mixent les deux styles de vie précédent en fonction d'une période bien particulière.


Les espèces d'organisations intermédiaires : où la vie sociale est limitée à une période plus ou moins longue de la vie juvénile ou qui se manifeste que dans certaines conditions écologiques. Par exemple, la prolongation temporelle de la relation mère-jeunes ou encore la mobilisation

d'individus adultes engendrée par une abondance des ressources alimentaires.

 

Comportement maternel

 

De nombreuses espèces pondent à l'automne, les jeunes qui éclosent au bout d'un mois passent l'hiver à l'intérieur du cocon et n'en sortent qu'au printemps. Presque toutes les araignées déposent donc leur œufs dans ces cocons qu'elles surveillent ou comme les araignées-loups (Lycosidae), qu'elles transportent partout avec elles.

 

Quand la femelle sent l'arrivée imminl'araignée loup et ses petits sur son dosente de l'éclosion en percevant les vibrations à l'intérieur du cocon, cette dernière ouvre alors le cocon. Les jeunes lui sautent sur l'abdomen et s'accrochent à des poils spéciaux. Quand la mère reste immobile, les jeunes peuvent se laisser glisser au sol et explorer leur environnement ou boire tout en restant attachés aux poils de l'abdomen maternel par des fils de soie.


Si un danger ou une menace est ressenti par la mère, cette dernière tire sur ces fils en raidissant ses poils, signifiant ainsi à ses jeunes qu'ils doivent se rassembler rapidement. Par ailleurs la stimulation d'autres poils de l'abdomen par les jeunes inhibe la cannibalisme pendant la période où la femelle les porte.

 

Nous le verrons par la suite, ce comportement maternel exceptionnel, fait intervenir un mode de communication très particulier entre la mère et ses petits que l'on qualifiera de « communication vibratoire ».


 Comportement alimentaire

 

Toutes les espèces connues d'araignées sont prédatrices, exceptée Bagheera kiplingi (araignée sud-américaine qui se nourrit principalement de pousses d'acacia). Elles se nourrissent exclusivement de proies vivantes qu'elles chassent à l'aide de pièges et pour ne pas perdre leur proie, la plupart des espèces l'enroule de soie.

photo d'une araignée ayant piégé une proie

Comme tous les arachnides, l'araignée n'absorbe que des liquides, elle doit par conséquent lyser ses proies par exodigestion, c'est à dire les liquéfier au moyen d'enzymes digestives injectées par les chélicères.

 

Le comportement alimentaire des araignées est étroitement lié à leur fonction principale. En effet la production de fil de soie nécessite certains acides aminés présents dans les aliments qu'absorbent l'araignée.

 

Les araignées sont considérées comme des « prédatrices carnivores » mais il arrive que la quantité de proies capturées est insuffisante pour leur croissance, leur développement ou encore la fabrication des toiles. Ce manque est alors combler par le réflexe de l'araignée à dévorer sa propre toile en fin de journée car même si elle n'a attrapé aucun insecte, les fils sont couverts de poussières de pollen qui sont riches en protéines végétales.

 

Plus surprenant encore certaines espèces présentent un comportement très extrême en étant capable de jeûner durant plusieurs semaines voir des mois comme les tégénaires.

 

Le comportement alimentaire des araignées est aussi souvent associé au sexe. En effet, une femelle venant d'être fécondée sera particulièrement vorace à cause des besoins en nutriments de la ponte. A l'opposé les mâles eux, se consacrant principalement à la recherche de partenaires féminines ne se nourrissent plus (ce qui explique leur durée de vie plus courte que les femelles).

 

Cycle de vie


Les araignées se différencient également par leur cycle de vie qui leur est propre.

 

Par exemple, les araignées saisonnières vivent de 6 à 8 mois et meurent après avoir pondu leurs œufs tandis que les araignées annuelles vivent de 1 à 2 ans et meurent après l'éclosion des jeunes. Il y a également les araignées pérennes qui elles vivent plusieurs années (les mygales par exemple).

 

Comme chez tous les arthropodes, leur croissance se fait par mues successives de l'exosquelette sachant qu'il y a de 8 à 13 mues pour atteindre l'état adulte (selon les espèces). Les mygales elles continuent de muer environ une fois par an après avoir atteint l'âge adulte.

 

photo de mues d'araignée

 

L'ANATOMIE D'UNE ARAIGNEE

UNE COMMUNICATION AUX MULTIPLES FACETTES

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×