UNE COMMUNICATION COMPLEXE

 

Page d'accueil

 

Une colonie d’abeilles n’existe que par une communication complexe, complète et sophistiquée.

 

Communication permanente

trophallaxie.jpg

 

A l’intérieur d’une ruche, un nombre important d’informations sont en permanence à la connaissance de tous les membres. Les vecteurs de ces informations sont les phéromones. Certains étant émises à l’insu de chaque individu, d’autres dépendent de la volonté et de la décision de quelques-uns, la totalité de la collectivité les percevant.

 

La reine émet en permanence une phéromone perçue par tous et qui lui permet de rester la seule abeille à pouvoir pondre des œufs.


Une autre composante de la communication permanente est la trophallaxie dans laquelle le nectar passe d’un jabot à l’autre ce qui concoure à l’élaboration d’un produit élaboré mais qui apporte aussi des informations qui peuvent modifier l’activité de la colonie (accélération ou ralentissement de la ponte)


Il existe aussi chez les abeilles une phéromone d’alerte qui est émise par les abeilles préposées à la garde. L’émission de cette phéromone déclenche la formation d’un groupe de quelques dizaines d’abeilles qui attaquent l’élément perturbateur. C’est pourquoi un apiculteur enfume une ruche lorsqu’il vient recueillir le miel, car la fumée perturbe le système de communication phéromonal.

 

La danse des abeilles 

Karl Von Frisch

C’est à Von Frisch (1955) que l’on doit d’avoir expliqué cette facette du langage des abeilles.  

 

danse-en-rond.png

 

La danse en rond

 

Lorsqu’une abeille a trouvé un lieu pour butiner, elle revient dans la ruche afin d’indiquer à ses congénères l’emplacement de ce lieu. Si la source de nourriture se trouve à moins de 100m de la ruche, l’éclaireuse va effectuer une danse en rond sur les rayons verticaux de la ruche. Cette danse est composée de cercles tantôt dans un sens tantôt dans l’autre qui permet aux autres ouvrières de localiser rapidement la source de nourriture.

 

La danse frétillante

danse-fretillante.jpg


Si la source de nourriture se trouve à plus de 100m de la ruche, l’éclaireuse exécute alors une dans en « huit ». L’abeille effectue un court trajet rectiligne lors duquel elle va « frétiller ». Elle forme ensuite un demi-cercle, puis un deuxième symétrique au premier pour ensuite revenir au point de mouvement rectiligne. Cette danse dure quelques minutes et elle apporte de nombreuses informations notamment sur la dimension à prendre et sur la distance à parcourir pour trouver la source de nourriture.


La direction est indiquée par la direction du parcours rectiligne au cours duquel la danseuse frétille. L’abeille effectue la danse sur un rayon vertical de telle manière que l’angle formé avec la verticale soit le même que l’angle entre le soleil et la source de nourriture. De plus l’abeille possède un sens inné du temps. Elle est donc capable de modifier l’angle qu’elle va donner à ses congénères suivant la durée qui s’est écoulée entre les temps qu’elle a découverte cette source et le moment où elle danse. La précision donnée par l’abeille est incroyable, la marge d’erreur n’excède pas les 3°


La distance est transmise par plusieurs aspects de la danse frétillante. Les abeilles prennent en compte la vitesse à laquelle l’éclaireuse effectue les tours, la vitesse du mouvement de l’abdomen et celui du bourdonnement. Si la nourriture n’est pas loin de la ruche, les mouvements seront rapides et légers. Pour les très grandes distances, la danse devient très lente et les mouvements très appuyés de plus s’il y a présence de vent les abeilles sont capables d’ajuster les distances qu’elles indiquent à leurs congénères en fonction de la direction du vent. (face ou dos)

nombre de tour effectuée par une abeille en fonction de la distance de la source de nourriture

Les abeilles utilisent aussi le langage de la danse pour communiquer des emplacements de points d’eau, de lieu possédant de la résine mais aussi l’emplacement propice à l’implantation d’un nouveau nid.


On remarque que les abeilles en fonction des régions dansent de manières spécifiques. Des expériences ont été faites en mélangeant des abeilles de différentes régions et les scientifiques ont remarqués que, dans les premiers jours, les abeilles ne se comprenaient pas et qu’il leur a fallu un certain temps pour y parvenir…


Enfin les recherches sur la communication des abeilles ne sont pas terminées, les chercheurs se penchent aujourd’hui sur une communication tactile mise en place lorsque les abeilles se touchent les antennes. Or lorsqu’on les observe les abeilles peuvent se toucher les antennes de milliers de façon différentes…

 

dessin humouristique sur les abeilles

 

LA VIE DE L'ABEILLE

KARL VON FRISCH


L'ANATOMIE DES ARAIGNEES

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×